Résider dans un pays non musulman

Publié le 14 Oct, 2021

Article rédigé par Sophie Rabahi

Si vous trouvez nos articles bénéfiques, aidez-nous à produire du contenus de qualité !

 

Pour nous aider, il y a deux choses que vous pouvez faire :

  • Partager notre contenu auprès de personnes pour qui nos articles seront utiles.
  • Faire un don pour nous permettre de financer notre travail de recherche. Notamment à travers l’achat des livres qui servent à la rédaction de nos articles !

Le conseil européen de la fatwa et de la recherche a émis la fatwa suivante.

 

Première partie

 

On a beaucoup et longtemps parlé de la question de la résidence du musulman en dehors des pays musulmans.

Nous avons par ailleurs, entendu des avis caractérisés par un rigorisme absolu imposant à tout musulman vivant dans un pays non musulman de le quitter immédiatement conformément au hadith qu’on rapporte à ce sujet dans lequel le Prophète (saws) dégage sa responsabilité de tout musulman résidant parmi les idolâtres. Ces avis ont suscité une gêne chez beaucoup de musulmans.

Ce que nous pensons, c’est que ce sujet mérite une réponse détaillée. Sans aucun doute il n’est pas permis au musulman de vivre parmi les non musulmans sans son identité musulmane sauf pour une personne qui ne peut pas faire autrement.

La raison étant la possibilité ou l’impossibilité pour le musulman de préserver sa vie et sa religion ainsi que la vie et la religion de ceux dont il a la charge comme sa famille. Par conséquent, s’il se trouve dans un environnement dans lequel il craint pour sa vie, sa religion ou sa famille, l’obligation qui lui incombe est de le quitter pour un autre environnement qui lui permettrait de préserver tout cela. Il ne lui est alors pas permis de résider dans l’environnement dans lequel il craint la corruption de sa religiosité et l’atteinte à sa vie.

Dieu dit « ceux qui ont fait du tort à eux même, les Anges enlèveront leurs âmes en disant « où en étiez-vous ? » (à propos de votre religion). « Nous étions impuissants sur terre. » dirent-ils. Les Anges diront alors « la terre de Dieu n’était-elle pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer ? » voilà bien ceux dont le refuge est l’Enfer. Et quelle mauvaise destination ! A l’exception des opprimés, hommes, femmes, et enfants incapables de se débrouiller et qui ne trouvent aucune voie. A ceux là, il se peut que Dieu accorde le pardon et Dieu est Clément et Pardonneur. » Sourate 4Versets 97-100

Le verset considère que l’homme est injuste envers lui-même en acceptant de vivre dans l’humiliation tout en étant capable de se déplacer vers une autre terre où il trouvera sa liberté, sa sécurité et sa subsistance. Le verset ne fait exception de la menace de ce châtiment que pour les impuissants.

Ainsi la hijra est légitime et valide si c’est vers un environnement qui présente plus d’opportunités pour s’acquitter des rites religieux. Cet exode est même demandé et recommandé. Il est aussi légitime d’émigrer d’un environnement à un autre où la résidence ne nuit pas à la religion.

Comme l’émigration en Abyssinie que le Prophète (saws) permit aux opprimés parmi ses compagnons à la Mecque. ils quittèrent un environnement dominé par l’incroyance et l’injustice vers un environnement non musulman mais où régnait la justice, ils furent accueillis et protégés. Ils résidèrent parmi un peuple de chrétiens qui n’était pas musulman.

Ils vécurent paisiblement parmi eux et préservèrent leur religion et leurs vies. Ils demeurèrent parmi eux jusqu’à ce que Dieu accorde la victoire à Son Prophète (saws) contre ses ennemis. Quand ils réalisèrent la stabilité de l’état musulman ils revinrent de leur choix et non pas sur ordre du Prophète (saws).

Ainsi le facteur déterminant est la liberté religieuse, la préservation de la religion et la protection des âmes contre l’injustice et la nuisance. Si cette résidence dans un pays quelconque permet ceci, rien empêche qu’elle ait lieu dans un pays non musulman en prenant exemple sur l’émigration en Abyssinie.
Par contre, si elle nuit à la religion, l’émigration vers un pays permettant à l’homme de préserver sa religion, sa vie et sa famille est alors obligatoire.

Quant au hadith auquel se réfèrent les rigoristes, le hadith relaté par Jarir ibn ‘Abdoullah al Bajali dans lequel il dit « le Messager de Dieu envoya une expédition à la tribu de Khat’am. »

Des membres de cette tribu demandèrent la protection sous prétexte qu’ils étaient musulmans, mais ils furent tués dans la bataille. quand le Prophète (saws) en fut informé il ordonna de verse aux familles et aux victimes musulmanes la moitié du prix du sang et dit « je dégage ma responsabilité de tout musulman qui réside parmi les idolâtres. » ils dirent « o Messager de Dieu ! pourquoi ? » il dit « leurs feux ne peuvent se rencontrer », il s’agit d’un hadith qui n’est pas authentique. Et à supposer qu’il le soit, le contexte de son énonciation explique son sens.

En effet, des gens convertis à l’islam restèrent avec leurs tribus dont les membres étaient non musulmans et n’émigrèrent pas vers la terre d’islam. Quand l’affrontement eut lieu entre les musulmans et ces non musulmans on ne put distinguer les musulmans des autres membres de la tribu. Dans l’impossibilité de les distinguer des ennemis ils furent tués dans la bataille.

La non responsabilité réside dans le fait que si les musulmans les tuaient, ils n’étaient pas responsables. Or, ce contexte est inexistant aujourd’hui. Par conséquent, il est impossible d’appliquer ce hadith à notre époque.

(deuxième session)

 

Deuxième partie

 

Le conseil confirme la fatwa qu’il a déjà émise auparavant permettant la résidence dans un pays musulman en y ajoutant ce qui suit :

1) Quand le musulman est en sécurité, qu’il a sa liberté religieuse dans n’importe quel endroit au monde, possédant des droits lui permettant de pratiquer les rites religieux sans préjudice, sa résidence dans ce pays a 3 statuts :
-licite s’il y a aucune différence entre résider ici ou ailleurs.
-recommandé s’il a la capacité de participer à l’essor de la société et de montrer les vertus de la religion
-obligatoire si l’émigration provoque un préjudice alors qu’il est capable de le lever et de le repousser.

1) Emigrer vers un autre lieu est demandé juridiquement que si le musulman éprouve une crainte pour sa religion ou subit une nuisance à cause de sa pratique religieuse, au niveau de sa personne, de sa famille et de ses biens.

 

(Décision 16/3)

 

Référence:
Zenati, Moncef, Fatwas contemporaines, édition havre de savoir, 2015, France, 1ère édition, pages 94 à 101

Si vous trouvez nos articles bénéfiques, aidez-nous à produire du contenus de qualité !

 

Pour nous aider, il y a deux choses que vous pouvez faire :

  • Partager notre contenu auprès de personnes pour qui nos articles seront utiles.
  • Faire un don pour nous permettre de financer notre travail de recherche. Notamment à travers l’achat des livres qui servent à la rédaction de nos articles !

D’après Abou Houreira, le Prophète salalahou 3aleyhi wa salam a dit :  » Quand le fils d’Adam meurt, son œuvre s’arrête sauf dans trois choses :

  • Une aumône continue (jariya)
  • Une science dont les gens tirent profit
  • Un enfant pieux qui invoque pour lui »

Rapporté par Muslim

Dans la même catégorie :

Souhaiter de bonnes fêtes aux non musulmans

Souhaiter de bonnes fêtes aux non musulmans

Il s'agit d'une question importante et sensible en particulier pour les musulmans résidant en occident. De nombreuses questions sont parvenues au Conseil venant des musulmans et musulmanes qui vivent dans les pays occidentaux et coexistent avec les non musulmans,...

Les objectifs de la shari’a

Les objectifs de la shari’a

La shari'a est la Loi d'Allah. Mais qu'est ce que la shari'a ? Quels sont ses objectifs ?  Quel a été le travail des savants à ce sujet ?   Définition de la shari’a   Au sens littéral la shari’a est « le chemin qui mène à une eau pure, qui ne s’interrompt...

Lien entre la fatwa et les finalités de la shari’a

Lien entre la fatwa et les finalités de la shari’a

Dans un précédent article, nous avons parlé des finalités de la shari'a. Ici nous allons voir quel est leur lien avec la fatwa.      Définition de la fatwa     Au sens étymologique la fatwa signifie une réponse donnée à une question posée. Au sens...

La voix de la femme

La voix de la femme

De nombreux savants tels que l'imam an-Nawawi, ash-Shafi'i, ar-Razi considèrent que la voix de la femme n'est pas une 'awra. Il n'est donc pas interdit à une femme de parler à un homme mais en respectant certaines conditions. Sheykh Youssouf al Qaradawi détaille ce...

Si vous trouvez nos articles bénéfiques, aidez-nous à produire du contenus de qualité !

 

Pour nous aider, il y a deux choses que vous pouvez faire :

  • Partager notre contenu auprès de personnes pour qui nos articles seront utiles.
  • Faire un don pour nous permettre de financer notre travail de recherche. Notamment à travers l’achat des livres qui servent à la rédaction de nos articles !

D’après Abou Houreira, le Prophète salalahou 3aleyhi wa salam a dit :  » Quand le fils d’Adam meurt, son œuvre s’arrête sauf dans trois choses :

  • Une aumône continue (jariya)
  • Une science dont les gens tirent profit
  • Un enfant pieux qui invoque pour lui »

Rapporté par Muslim

Restons en contact !

Les dernières publications

poème la croyance en Allah (swt)

poème la croyance en Allah (swt)

  Lorsqu’on prononce la shahada Cela signifie qu’on croit en Allah (swt). Il (swt) nous a créés dans le but de L’adorer Et surtout de ne rien Lui associer. Mais nous ne pouvons pas adorer, aimer notre Créateur Sans Le connaître à travers Ses Noms et Ses Attributs...

A la rencontre de Mohammed (saws)

A la rencontre de Mohammed (saws)

"A la rencontre de Mohammed", un livre que je vous recommande. Il est facile à lire, simple à comprendre, autant pour les jeunes que les adultes.    L’auteur, Omar Sulaiman, évoque la vie du Prophète (saws) sous un angle particulier, très intéressant. Il a évoqué...

al Hassan al Basri : un homme qui mettait en pratique

al Hassan al Basri : un homme qui mettait en pratique

Al Hassan al Basri fait partie des tabi'ines. Mais qui est-il ? Qu'a t-il de particulier qui le distingue d'autres tabi'ines ? Comment a-t-il été utile à la communauté ?    Ses origines   Al Hassan al Basri est né à Médine en l’an 28 de l’hégire pour...