Lien entre la fatwa et les finalités de la shari’a

Publié le 30 Déc, 2021

Article rédigé par Sophie Rabahi

Si vous trouvez nos articles bénéfiques, aidez-nous à produire du contenus de qualité !

 

Pour nous aider, il y a deux choses que vous pouvez faire :

  • Partager notre contenu auprès de personnes pour qui nos articles seront utiles.
  • Faire un don pour nous permettre de financer notre travail de recherche. Notamment à travers l’achat des livres qui servent à la rédaction de nos articles !

Dans un précédent article, nous avons parlé des finalités de la shari’a. Ici nous allons voir quel est leur lien avec la fatwa. 

 

 

Définition de la fatwa

 

 

Au sens étymologique la fatwa signifie une réponse donnée à une question posée.

Au sens terminologique c’est le fait d’apporter aux gens le statut juridique de la question d’une façon non coercitive. La réponse doit reposer sur l’interprétation des textes et la maîtrise du contexte. (1)

 

 

Deux deux types de fatwa

 

La fatwa explicative

 

Le savant donne la prescription juridique concernant une question dans le but d’enseigner, de rappeler ou de confirmer une chose.

 

La fatwa déclarative

 

Le savant doit statuer sur une situation nouvelle où aucun texte ne se prononce dessus. Il va alors recourir à l’ijtihad (2) qui demande un certain nombre de compétences de la part du savant dont la connaissance profonde de l’objectif majeur des finalités de la shari’a. Il doit maîtriser le contexte économique, social et politique dans lequel vivent les gens. (3).

Selon l’imam al Jurjani, dans son ouvrage “le livre des définitions” Al Ijtihad c’est le fait que le savant fasse tous les efforts pour qu’un jugement personnel portant sur un article de la Loi en découle. (4)

 

Objectif de cette fatwa

 

Elle permet de répondre aux besoins des musulmans en prenant en compte le contexte global afin d’apporter des avis juridiques le plus adapté à la situation. Surtout en ce qui concerne les musulmans vivant en terre non musulmane qui rencontrent des situations nouvelles mettant en difficulté leur vie quotidienne et leur pratique religieuse. Le Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche a été créé dans ce but (5).

 

Méthodologie de la fatwa

 

De ce fait, le savant doit utiliser une méthodologie précise pour élaborer une fatwa. Par exemple Sheykh al Qaradawi explique que le savant ne doit pas se restreindre à une seule école, il doit puiser dans les sources, comparer les arguments afin de choisir l’avis le plus adapté à la situation, servant au mieux les intérêts de l’individu et les finalités.(6) Utilisant une syntaxe compréhensible de tous touchant à la fois l’élite musulmane et le commun des musulmans. (7)

Citer la sagesse et la raison d’être de chaque prescription afin de dissiper les doutes qu’apportent les personnes influentes de la société. (8) Être dans la voie du juste milieu. (9) Le savant doit également réformer et éduquer les gens, la personne doit comprendre la réponse à travers les argumentations sur lesquels il se base (10).

 

 

Le rôle des facteurs d’adaptabilité et de flexibilité de la shari’a dans la fatwa

 

 

Les prescriptions générales

 

Les deux premiers facteurs se rejoignent, ils concernent les prescriptions volontairement non détaillées par le Législateur. Elles sont générales afin de laisser le soin aux savants de chercher à travers l’ijtihad la solution la plus adaptée afin que l’homme ne soit pas restreint à des détails qui ne sont pas en adéquation avec le contexte. Pour cela, ils doivent tenir compte des finalités de la shari’a afin de ne poser aucune gêne à l’individu et à la société. (11).

 

 

Les prescriptions amenant à la divergence

 

La shari’a est flexible par le fait que les Textes peuvent être interprétés de diverses manières amenant des divergences entre les savants pour certaines prescriptions. Ce qui donna naissance à diverses écoles jurisprudentielles. (12). Le musulman a la possibilité de se référer à l’avis qui lui convient le mieux et d’en changer à un moment donné afin d’écarter la gêne qu’il subit.

 

Des prescriptions exceptionnelles

 

La shari’a préserve les nécessités par le fait que le Législateur (Allah) ait instauré des prescriptions exceptionnelles en se fondant sur son orientation générale. (13). Des excuses atténuantes comme le fait de ne pas jeûner le mois de Ramadan en cas de maladie ou de voyage. (14). Et des cas particuliers où l’illicite devient licite par nécessité. (15). Dans le but d’apporter la facilité aux individus dans les situations de gêne.

 

 

La loi s’adapte à différents paramètres

 

Le Législateur a créé la shari’a de manière à s’adapter en fonction de l’époque, du contexte, du lieu et de la situation : elle est muable. Une fatwa n’est pas figée dans le temps, elle évolue selon l’évolution de ces divers paramètres. (16). Cela concerne les prescriptions générales comme l’évolution de la fatwa sur la zakat al fitr à l’époque des compagnons où certains savants tel qu’Abou Hanifa ont par la suite autorisé à la payer en argent afin de couvrir tous les besoins de la personne afin qu’il n’y ait pas de mendicité (17).

 

 

Les liens existants entre les finalités de la shari’a et l’émission d’une fatwa

 

Le Prophète (saws) avait recours à l’ijtihad du fait qu’il (saws) restait parfois pendant quelque temps sans recevoir de Révélation. Les compagnons l’utilisaient à l’instar du hadith où le Prophète (saws) envoya Mou’adh ibn Jabal au Yémen. (18). Ash-Shatibi et Mohammed Taher ibn ‘Ashour font de la connaissance des finalités de la shari’a une condition de validité pour effectuer l’ijtihad (19). Les différents outils de l’ijtihad prennent en compte ces finalités.

 

 

Le qiyas

 

Le qiyas (le raisonnement par analogie) telle que la fatwa du Conseil européen autorisant de regrouper la prière du dhohr et de la ‘asr ainsi que celle du maghreb et de la ‘isha en Europe dans le but d’écarter la gêne aux travailleurs, aux étudiants tout au long de l’année, de préserver la religion ainsi que la fraternité (20).

 

Al maslaha al moursala

 

Al maslaha al moursala (l’intérêt général indéterminé) comme la décision d’assembler le Coran sous le califat d’Abou Bakr dans l’intérêt général des musulmans et de la religion (21).

 

Al ijma’

 

Al ijma’ (le consensus) tel que l’interdiction du mariage avec la grand-mère (22). L’intérêt est temporaire, il peut changer s’il évolue, cela nécessite un nouveau consensus comme l’assemblage du Coran dans un seul corpus qui a été fait une deuxième fois sous le califat de ‘Othman pour préserver la communauté musulmane.

 

Al istihsan

 

Al istihsan (le choix préférentiel) qui peut reposer sur l’usage (al’urf), la nécessité (ad-darura) ou sur l’intérêt général (al maslaha). Par exemple la permission de montrer al ‘awra (les parties intimes) au médecin dans le cadre d’un traitement médical. Cette permission a pour objectif de repousser une souffrance médicale et de préserver la vie.

 

Al ‘urf

 

Al ’urf (l’usage) comme la fatwa du conseil européen sur l’autorisation du juge non musulman de prononcer le divorce d’un couple musulman dans un pays musulman (23).

 

Le rôle de certains adages juridiques

 

Définition

 

Al qawa’id est le pluriel de al qa’ida qui a pour sens règle de base, principe. (24)

A travers les adages juridiques, les finalités de la shari’a peuvent être mieux appréhendées afin d’accompagner le savant dans sa fatwa en tout temps et en tout lieu (25).

 

L’adage juridique « la difficulté apporte la facilité »

 

Si le musulman rencontre une gêne dans l’accomplissement d’un devoir religieux il prend la direction de la souplesse et de la facilité. Le Législateur a instauré des dérogations dans les actes cultuels dans ce but mais il faut distinguer la difficulté habituelle de celle inhabituelle. Ibn al Qayim dit que si c’est une difficulté liée à la fatigue elle est habituelle car « les intérêts relatifs à ce bas monde et à l’au-delà sont liés à la fatigue.” (26)

 

Exemple de fatwa

 

La fatwa du conseil européen sur l’autorisation de la prière du vendredi avant le temps légal de la prière du dhohr prend en compte cet adage. (27). Elle a été émise car le système sociétal non musulman apporte une gêne dans l’obligation religieuse, évitant ainsi de mettre en péril la religion faisant partie des nécessités. C’est une prière en commun ayant de nombreux buts dont le renforcement des liens de fraternité, le raffermissement de l’union de la communauté musulmane ainsi que la solidarité qui s’avèrent être des principes fondamentaux à préserver.

 

Le rôle proprement dit des finalités de la shari’a

 

La préservation de la vie humaine

 

Des fatawas illustrent bien les six nécessités à préserver telles que celles de sheykh Youssouf al Qaradawi sur le don d’organe préserve la vie humaine sous certaines conditions comme le fait que cela n’entraîne pas un préjudice pour le donneur ni pour le receveur. (28).

 

La préservation de la progéniture

 

La fatwa sur l’interruption de grossesse en cas de nécessité et sous certaines conditions. Il a tenu compte de l’intérêt de l’enfant et de la préservation de sa vie. (29).

 

La préservation de l’honneur et de la dignité

 

La fatwa sur le fait d’accuser injustement un homme droit (30). Cette fatwa préserve l’honneur et la dignité de la personne car tout individu qu’il soit musulman ou non, qui est sujet à la calomnie ne doit pas être jugé sans preuve. Comme le dit l’adage juridique « la présomption d’innocence » : tout individu est innocent tant qu’aucune preuve solide prouve l’accusation.

 

La préservation des biens

 

La fatwa sur l’interdiction des intérêts bancaires préserve les biens. Il confirme l’interdiction de prendre les intérêts sauf en cas de nécessité imposée à l’individu ou à la société par les circonstances. Les dépenser soi-même n’est pas autorisé, le seul moyen de purifier l’argent est de le donner en aumône aux pauvres, aux structures musulmanes afin que l’essor de la société musulmane se développe davantage (31).

 

La préservation de la raison

 

La fatwa sur l’interdiction de la consommation et de la vente des drogues dans le but de préserver la raison, la vie des individus, l’intérêt de la société dans le sens de la protéger de la débauche (32).

 

La préservation de la religion et de la famille

 

La fatwa du conseil européen sur le mariage qui reste valide si la femme se convertit à l’Islam et pas l’époux afin de ne pas dissuader la femme de se convertir de peur qu’elle se sépare de son époux et quittera sa famille. L’intérêt de la femme a été pris en compte, la préservation de la religion et de la famille (33).

 

Lorsque le savant émet une fatwa, il doit prendre en compte les finalités de la shari’a afin de n’imposer aucune gêne. Elles permettent de savoir si l’objectif du Législateur est respecté, elles indiquent le statut de l’acte en question. Le changement de temps, de lieu, d’environnement, de contexte doit être pris dans sa globalité. La shari’a est valable en tout temps et en tout lieu grâce à ses facteurs d’adaptabilité et de flexibilité. Le savant doit penser à l’avenir : est-ce que la fatwa solutionne la situation à l’instant T et sera-t-elle valable dans l’avenir ? Ne va-t-elle pas générer une nuisance au fil du temps ?

 

 

Références
1) Zenati, Moncef, cours « fatwas contemporaines », 3ème année, Institut Européen des Sciences Humaines de château Chinon, 2018
2) Ibid
3) Zenati, Moncef, Fasicule « Fondement du droit musulman », 3ème année, Institut Européen des Sciences Humaines de Château Chinon, page 76
4) Al Jurjani, le livre des définitions, traduit par Maurice Gloton, éditions al Bouraq, 2005, 1ère édition, page 45
5) Zenati, Moncef, Fatwas contemporaines, éditions Havre de savoir, Havre de savoir, France, 2015, 1ère édition, page 10
6) Sheykh al Qaradawi, Yusuf, Fatwas contemporaines, éditions maison d’ennour, Paris, France, 2013, 1ère édition, pages 13-14
7) Ibid, page 19
8) Ibid, pages 20-23
9) Ibid, page 27 et 30
10) Ibid, page 37
11) Cheykh Al Qaradwi, Youssouf, Les facteurs d’adaptabilité et de flexibilité de la shari’a islamique, édition Bayane, Paris, France, 2014, 1ère édition, page 13
12) Ibid, page 61
13) Ibid, page 81
14) Ibid, Sourate 2, al Baqara, verset 86
15) Ibid, page 88
16) Ibid, page 93
17) Mawlawi, Fayçal, Simplification des actes cultuels, édition Bayane, Paris, France, 2012, 1ère édition, page 241
18) Brahami, Mostapha, Les six grands imams, édition Tawhid, 2014, Lyon, France, 1ère édition, page 25
19) Kabes, ‘Abdel’aziz, article « la non concrétisation de l’objectif du Législateur est-elle un obstacle à l’application du statut juridique », site Lastorlabe, 2015
20) Zenati, Moncef, Fatwas contemporaines, édition Havre de savoir, Havre de savoir, France, 2015, 1ère édition, page 20
21) ‘Abd al Wahhab Khallaf, Les fondements du droit musulman, éditions al Qalam, Paris, France, 2008, 2ème édition, page 121
22) Ibid, page 73
23) Zenati, Moncef, Fatwas contemporaines, édition Havre de savoir, Havre de savoir, 2015, 1ère édition, page 46
24) Al Jurjani, le Livre des définitions, traduit par Maurice Gloton, éditions al Bouraq, 2005, 1ère édition, page 335
25) Zenati, Moncef, Fatwas contemporaines, édition Havre de savoir, Havre de savoir, 2015, 1ère édition, page 5
26) Ibid, pages 27-28
27) Ibid, page 22
28) Sheykh Al Qaradawi Youssouf, Fatwas contemporaines, édition Maison d’ennour, Paris, France, 2013, 1ère édition, page 1001
29) Ibid, page 1009
30) Ibid, page 963
31) Ibid, page 793
32) Ibid, page 1025
33) Zenati, Moncef, Fatwas contemporaines, édition Havre de savoir, Havre de savoir, France, 2015, 1ère édition, page 30

Si vous trouvez nos articles bénéfiques, aidez-nous à produire du contenus de qualité !

 

Pour nous aider, il y a deux choses que vous pouvez faire :

  • Partager notre contenu auprès de personnes pour qui nos articles seront utiles.
  • Faire un don pour nous permettre de financer notre travail de recherche. Notamment à travers l’achat des livres qui servent à la rédaction de nos articles !

D’après Abou Houreira, le Prophète salalahou 3aleyhi wa salam a dit :  » Quand le fils d’Adam meurt, son œuvre s’arrête sauf dans trois choses :

  • Une aumône continue (jariya)
  • Une science dont les gens tirent profit
  • Un enfant pieux qui invoque pour lui »

Rapporté par Muslim

Dans la même catégorie :

Souhaiter de bonnes fêtes aux non musulmans

Souhaiter de bonnes fêtes aux non musulmans

Il s'agit d'une question importante et sensible en particulier pour les musulmans résidant en occident. De nombreuses questions sont parvenues au Conseil venant des musulmans et musulmanes qui vivent dans les pays occidentaux et coexistent avec les non musulmans,...

Les objectifs de la shari’a

Les objectifs de la shari’a

La shari'a est la Loi d'Allah. Mais qu'est ce que la shari'a ? Quels sont ses objectifs ?  Quel a été le travail des savants à ce sujet ?   Définition de la shari’a   Au sens littéral la shari’a est « le chemin qui mène à une eau pure, qui ne s’interrompt...

Résider dans un pays non musulman

Résider dans un pays non musulman

Le conseil européen de la fatwa et de la recherche a émis la fatwa suivante.   Première partie   On a beaucoup et longtemps parlé de la question de la résidence du musulman en dehors des pays musulmans. Nous avons par ailleurs, entendu des avis caractérisés...

La voix de la femme

La voix de la femme

De nombreux savants tels que l'imam an-Nawawi, ash-Shafi'i, ar-Razi considèrent que la voix de la femme n'est pas une 'awra. Il n'est donc pas interdit à une femme de parler à un homme mais en respectant certaines conditions. Sheykh Youssouf al Qaradawi détaille ce...

Si vous trouvez nos articles bénéfiques, aidez-nous à produire du contenus de qualité !

 

Pour nous aider, il y a deux choses que vous pouvez faire :

  • Partager notre contenu auprès de personnes pour qui nos articles seront utiles.
  • Faire un don pour nous permettre de financer notre travail de recherche. Notamment à travers l’achat des livres qui servent à la rédaction de nos articles !

D’après Abou Houreira, le Prophète salalahou 3aleyhi wa salam a dit :  » Quand le fils d’Adam meurt, son œuvre s’arrête sauf dans trois choses :

  • Une aumône continue (jariya)
  • Une science dont les gens tirent profit
  • Un enfant pieux qui invoque pour lui »

Rapporté par Muslim

Restons en contact !

Les dernières publications

poème la croyance en Allah (swt)

poème la croyance en Allah (swt)

  Lorsqu’on prononce la shahada Cela signifie qu’on croit en Allah (swt). Il (swt) nous a créés dans le but de L’adorer Et surtout de ne rien Lui associer. Mais nous ne pouvons pas adorer, aimer notre Créateur Sans Le connaître à travers Ses Noms et Ses Attributs...

A la rencontre de Mohammed (saws)

A la rencontre de Mohammed (saws)

"A la rencontre de Mohammed", un livre que je vous recommande. Il est facile à lire, simple à comprendre, autant pour les jeunes que les adultes.    L’auteur, Omar Sulaiman, évoque la vie du Prophète (saws) sous un angle particulier, très intéressant. Il a évoqué...

al Hassan al Basri : un homme qui mettait en pratique

al Hassan al Basri : un homme qui mettait en pratique

Al Hassan al Basri fait partie des tabi'ines. Mais qui est-il ? Qu'a t-il de particulier qui le distingue d'autres tabi'ines ? Comment a-t-il été utile à la communauté ?    Ses origines   Al Hassan al Basri est né à Médine en l’an 28 de l’hégire pour...