Fatwa : le mariage de la femme sans tuteur légal

Publié le 2 Nov, 2020

Article rédigé par Sophie Rabahi

Si vous trouvez nos articles bénéfiques, aidez-nous à produire du contenus de qualité !

 

Pour nous aider, il y a deux choses que vous pouvez faire :

  • Partager notre contenu auprès de personnes pour qui nos articles seront utiles.
  • Faire un don pour nous permettre de financer notre travail de recherche. Notamment à travers l’achat des livres qui servent à la rédaction de nos articles !

Le contrat de mariage fait partie des contrats les plus importants dans la mesure où il a comme effet la constitution d’une nouvelle famille au sein de la société. La naissance d’enfants ainsi que des droits et des devoirs relatifs à chacun des deux époux.

Et puisque chacun des deux époux est une partie contractante, le Législateur (Dieu) a lié la conclusion du contrat à leurs personnes. Et la validité du contrat à leur consentement mutuel. Ainsi, il n’a pas octroyé au père ni à un autre une tutelle coercitive sur la femme la contraignant au mariage contre son gré.

Au contraire, il lui a accordé le droit absolu d’accepter ou de refuser celui qui la demande en mariage. Ibn ‘Abbas (ra) rapporte qu’une jeune fille vint trouver le Prophète (saws) et lui raconta que son père l’avait mariée contre son gré. Le Prophète (saws) lui donna alors le droit de choisir.

Les autres textes prophétiques viennent confirmer ce droit pour la femme. D’après Abou Hureyra (ra), le Prophète (saws) dit « on ne peut marier une jeune fille (qui n’a jamais été mariée) sans sa permission, ni une femme qui l’a déjà été, sans son consentement explicite. » (rapporté par al Boukhari et Mouslim). Il dit aussi d’après Abou Hureyra (ra):  « quand à la jeune fille (qui n’a jamais été mariée), son père lui demande permission. » (rapporté par al Boukhari et Mouslim)

Par ce fait, l’Islam a fait en sorte que le contrat de mariage soit fondé sur l’affection, la tendresse, la bonne compagnie et l’amour. Dieu dit « Et parmi Ses signes, Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité auprès d’elles et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. » Sourate 30 Verset 21

Or, habituellement, il est impossible de concrétiser ces nobles objectifs par la biais d’un mariage forcé. Mais puisque la femme, malgré la volonté indépendante que l’Islam lui a octroyée, peut être exposée à la convoitise et à l’abus des profiteurs; l’Islam a accordé au consentement de son tuteur une grande considération qui correspond à l’importance de ce contrat.

Cela a un impact positif sur la nouvelle famille, et permet d’entretenir les liens de parenté entre la fille et ses parents. Contrairement au cas où elle se marie sans leur consentement. Cela provoquera la rupture, le désaccord. Et engendrera l’effet inverse de l’objectif de ce contrat.

Bien qu’il n’existe aucune divergence entre les savants sur le fait que le consentement du tuteur de la fille est meilleur et préférable, ils divergent néanmoins sur le fait de considérer ceci comme une condition de validité du contrat de mariage.

  • la majorité des jurisconsultes « fouqaha » estiment que le consentement du tuteur de la femme est une condition de validité du contrat sans laquelle il ne peut être valable. Et ce conformément au hadith d’après Aisha (ra), le Prophète (saws) a dit  « toute femme qui se marie sans la permission de son tuteur, son mariage est nul » (rapporté par Ahmed, Abou Daoud, at-Tirmidhy, Ibn Majah). Et le hadith d’après Abou Moussa al Ash’ari, le Prophète (saws) a dit  « point de mariage sauf avec un tuteur. » (rapporté par Ahmed, Abou Daoud, at-Tirmidhy, Ibn Majah)
  • quant aux hanafites, ils estiment que le consentement du tuteur n’est pas une condition. Ils se référent à plusieurs preuves. Dont le hadith rapporté par Mouslim et les auteurs des « sounan »: « une femme qui a déjà été mariée est plus à même de disposer de sa personne que son tuteur. Quant à celle qui ne l’a jamais été (bikr), on doit lui demander sa permission: son silence en tiendra lieu. » (rapporté par Abou Daoud, at-Tirmidhy, an-Nasa-y, Ibn Majah).

 

Ils considèrent que les hadiths exigeant le tuteur concernent la fille impubère. Ils disent: « si la femme pubère jouissant de ses capacités mentales se donne elle-même en mariage, son mariage est valide s’il remplit les autres conditions. Cependant, il appartient à son tuteur de se plaindre au juge pour demander l’annulation du contrat si elle s’est mariée avec quelqu’un qui ne lui est pas compatible (kouf-oun). Et le juge se doit de répondre à sa requête s’il constate cela. »

Le Conseil recommande aux femmes de ne pas passer outre leurs tuteurs. Car ces derniers tiennent à leur intérêt, s’emploient à les marier avec des vertueux, et les protègent contre les tromperies des mal intentionnés. Il recommande aux pères de faciliter le mariage de leurs filles. De les consulter au sujet des prétendants qui souhaitent se marier avec elles, sans exercer aucun abus de pouvoir. Qu’ils aient à l’esprit la parole du Prophète (saws): « si quelqu’un dont vous agréez la religiosité et le comportement vient à vous, alors mariez-le. Si vous ne le faites pas, se produiront sur terre une tentation et une grande corruption. » (rapporté par at-Tirmidhy)

Le Conseil recommande aux centres islamiques de tenir compte de ce qui précède. Car cela est plus sûr et plus sage. Sauf si la femme ne trouve pas de tuteur, auquel cas, le centre islamique sera son tuteur dans les pays où il n’y a pas de juridiction musulmane. Par ailleurs, le Conseil estime que si la femme pubère et jouissante de ses capacités mentales se marie sans tuteur avec un homme dont la religiosité et le comportement sont satisfaisants, son mariage est valide.

(décision 3/4)

 

Référence: Extrait du livre Fatwas contemporaines du conseil européen de la Fatwa et de la Recherche compilées et traduites par Moncef Zenati, édition havre de savoir, 2015, pages 37 à 42

Si vous trouvez nos articles bénéfiques, aidez-nous à produire du contenus de qualité !

 

Pour nous aider, il y a deux choses que vous pouvez faire :

  • Partager notre contenu auprès de personnes pour qui nos articles seront utiles.
  • Faire un don pour nous permettre de financer notre travail de recherche. Notamment à travers l’achat des livres qui servent à la rédaction de nos articles !

D’après Abou Houreira, le Prophète salalahou 3aleyhi wa salam a dit :  » Quand le fils d’Adam meurt, son œuvre s’arrête sauf dans trois choses :

  • Une aumône continue (jariya)
  • Une science dont les gens tirent profit
  • Un enfant pieux qui invoque pour lui »

Rapporté par Muslim

Dans la même catégorie :

Souhaiter de bonnes fêtes aux non musulmans

Souhaiter de bonnes fêtes aux non musulmans

Il s'agit d'une question importante et sensible en particulier pour les musulmans résidant en occident. De nombreuses questions sont parvenues au Conseil venant des musulmans et musulmanes qui vivent dans les pays occidentaux et coexistent avec les non musulmans,...

Les objectifs de la shari’a

Les objectifs de la shari’a

La shari'a est la Loi d'Allah. Mais qu'est ce que la shari'a ? Quels sont ses objectifs ?  Quel a été le travail des savants à ce sujet ?   Définition de la shari’a   Au sens littéral la shari’a est « le chemin qui mène à une eau pure, qui ne s’interrompt...

Lien entre la fatwa et les finalités de la shari’a

Lien entre la fatwa et les finalités de la shari’a

Dans un précédent article, nous avons parlé des finalités de la shari'a. Ici nous allons voir quel est leur lien avec la fatwa.      Définition de la fatwa     Au sens étymologique la fatwa signifie une réponse donnée à une question posée. Au sens...

Résider dans un pays non musulman

Résider dans un pays non musulman

Le conseil européen de la fatwa et de la recherche a émis la fatwa suivante.   Première partie   On a beaucoup et longtemps parlé de la question de la résidence du musulman en dehors des pays musulmans. Nous avons par ailleurs, entendu des avis caractérisés...

Si vous trouvez nos articles bénéfiques, aidez-nous à produire du contenus de qualité !

 

Pour nous aider, il y a deux choses que vous pouvez faire :

  • Partager notre contenu auprès de personnes pour qui nos articles seront utiles.
  • Faire un don pour nous permettre de financer notre travail de recherche. Notamment à travers l’achat des livres qui servent à la rédaction de nos articles !

D’après Abou Houreira, le Prophète salalahou 3aleyhi wa salam a dit :  » Quand le fils d’Adam meurt, son œuvre s’arrête sauf dans trois choses :

  • Une aumône continue (jariya)
  • Une science dont les gens tirent profit
  • Un enfant pieux qui invoque pour lui »

Rapporté par Muslim

Restons en contact !

Les dernières publications

poème la croyance en Allah (swt)

poème la croyance en Allah (swt)

  Lorsqu’on prononce la shahada Cela signifie qu’on croit en Allah (swt). Il (swt) nous a créés dans le but de L’adorer Et surtout de ne rien Lui associer. Mais nous ne pouvons pas adorer, aimer notre Créateur Sans Le connaître à travers Ses Noms et Ses Attributs...

A la rencontre de Mohammed (saws)

A la rencontre de Mohammed (saws)

"A la rencontre de Mohammed", un livre que je vous recommande. Il est facile à lire, simple à comprendre, autant pour les jeunes que les adultes.    L’auteur, Omar Sulaiman, évoque la vie du Prophète (saws) sous un angle particulier, très intéressant. Il a évoqué...

al Hassan al Basri : un homme qui mettait en pratique

al Hassan al Basri : un homme qui mettait en pratique

Al Hassan al Basri fait partie des tabi'ines. Mais qui est-il ? Qu'a t-il de particulier qui le distingue d'autres tabi'ines ? Comment a-t-il été utile à la communauté ?    Ses origines   Al Hassan al Basri est né à Médine en l’an 28 de l’hégire pour...